La Façade François Premier

Imprimer cette page Generate PDF

LA FAÇADE FRANÇOIS 1ER

 

Œuvre des « maîtres de pierres vives » de la Renaissance, cette galerie « dite de François Ier » est une fantaisie architecturale que l’on doit à Nicolas Chabouillé, disciple d’Épicure et contrôleur des deniers communaux.

 

Cette galerie, datant de 1527, est ornée de motifs sculptés représentant alternativement des fleurs et des scènes tirées des travaux d’Hercule.
Des enfants nus sont occupés à des jeux ou à quelque danse bachique.
La salamandre jetant des flammes est-elle le symbole de l’attachement au roi de Nicolas Chabouillé ?
Au cours des âges, la maison fut délaissée et finalement achetée par un tonnelier, lequel en fit une resserre pour son bois.
Entre temps un cordonnier, un joueur de violon, un maréchal ferrant y vécurent et travaillèrent.

 


1822 — 1956 : UN LONG EXIL

1822 :
  une maison garnie de vignes et remplie de vieux tonneaux
  un officier de cavalerie fortuné de Brack
  une célèbre comédienne, Melle Mars de son vrai nom Anne Boutet (1779-1847)

En signe de galanterie et d’amour pour Melle Mars, mais aussi dans un but de spéculation financière, le Colonel de Brack achète la demeure pour 2000 F et, par voie d’eau, la fait transplanter à Paris, Cours de la Reine, quartier François Ier, entre Alma et Concorde.

Au cours du transfert, des sculptures très abimées furent remplacées. Les dispositions architecturales  furent profondément modifiées.

Melle Mars et le Colonel de Brack, qui avaient subi des revers de fortune, n’habitèrent jamais la maison

Passée entre les mains de propriétaires successifs, la Maison de « François Ier » fut cédée par Monsieur le Comte d’Ussel, en 1956, à une société immobilière qui devait construire des bureaux sous condition que la façade ferait retour, aux frais de l’acquéreur à la ville de Moret.

Retour

MENTIONS LEGALES CREDITS CONFIDENTIALITÉ